L A    V E R S I F I C A T I O N

 
Beaucoup d'entre vous aimeraient connaître les diverses façons d'écrire des textes de chansons, la façon de les structurer, de dire ce que l'on pense ou veut faire. Beaucoup veulent connaître quelques bases essentielles du "poète-auteur" avec quelques conseils techniques.

Rédiger une page idéale est difficile car chacun est libre d'écrire à sa façon dans l'expression de ses textes pour les faire vivre en musique.

Cette page est subjective, libre à l'utiliser selon si l'on veut faire de son texte une poésie ou une chanson.

1 - Conseils de versification

Il existe une différence entre un poète classique et un auteur de "chansons". Elle réside essentiellement dans la versification et le vocabulaire employé. L'auteur de chansons établit une structure qui pourra facilement se mettre en musique.

En poésie classique, le poète doit connaître parfaitement la structure du vers, apprendre à l'écrire. En général ce sont des vers de 8 ou 12 pieds (nommé "alexandrin") mais il est possible d'écrire en décasyllabe (10) ou en hendécasyllabe (11). Ensuite, il passera à la construction d'un quatrain, point de départ du poème.

Poète ou auteur de chansons les rimes sont obligatoires. La qualité d'un poète ou auteur est déterminée en fonction de ses possibilités métaphoriques, de ses rimes "riches". Exemple :

* Faire rimer sol (le sol) avec sol (la note)
* Faire rimer col (le col) avec col (le mont)
* Faire rimer mon (possessif) avec mont (le mont)
* Faire rimer aime avec même, traction avec contraction ou action.

Un texte est clair et précis sera plus agréable à écouter ou à lire.

2 - Vocabulaire à savoir : Le pied est une syllabe.

La syllabe, c'est l'unité phonétique fondamentale, groupe de consonnes et/ou de voyelles qui se prononcent d'une seule émission de voix. Exemple : le mot "bon soir", les syllabes seront "bon" et "soir". Avec le mot "je t'aime" il y a "je" et "t'aime". Il pourra être considéré comme 2 pieds ou 3 pieds selon la place qu'il occupe. Exemple : Je t'aime à la folie (aime placé devant une voyelle le "e" est muet. Je t'aime mon amour. Le "aime" placé devant une consonne se pronconce "je t'ai-me". On peut rallonger ses vers en mettant à la suite toute une série de "e" muets comme ceci "Je t'aime encore et pour longtemps", façon de dire "Je t'aime toujours".

* Le vers varie en fonction du nombre de pieds. Il peut aller de 1 à 12 voire plus s'il le faut. En poésie classique, ceux de 10 et de 12 doivent avoir une césure.

* L'alexandrin est un vers de 12 pieds et comprend deux moitiés (hémistiches) séparées par un repos. La césure est située entre le 6ème et le 7ème pied.

* Le "e" muet (expliqué plus haut), terminant un mot, compte pour un pied (ex : ai-me) sauf dans deux cas précis
a - Il n'a plus de valeur à la rime (fin d'un vers) (Puisque je t'aime) et
b - Lors d'une liaison - exemple : "Je t'aime à la folie".

* Le quatrain est un petit poème ou une strophe de quatre vers. 

* La métaphore est un procédé de langage qui consiste à employer un terme concret dans un contexte abstrait. Exemple : "Creuse la terre, creuse le temps","Creuse la pierre, creuse le vent", "Clouer des mots à mes sabots de bois", "Le soleil tombe sur la mer", "Creuse la mer, creuse les vagues","Clouer des notes sur ma guitare".

Le hiatus est l'ennemi du poète. C'est la rencontre de deux voyelles toniques, l'une terminant un mot, l'autre venant immédiatement après. Le hiatus est souvent difficile à prononcer. Exemple : "Qui inondera mon coeur" surtout si le texte est lu à haute voix. Toutefois si le texte est mis en musique le compositeur fera de sorte créer des notes séparant plus ou moins les mots pour une meilleure compréhension.

En texte de "chansons", le vers sera, de façon générale (**) de la longueur de la phrase musicale. C'est donc la mélodie bien souvent qui définit la construction du texte. L'idéal est toujours d'écrire à partir d'une musique. Les grands auteurs-compositeurs écrivent leurs musiques d'abord qui leur inspirent en règle générale les paroles. Toutefois, les auteurs compositeurs maniant très bien les phrases et la musique peuvent invariablement écrire un texte puis la musique dessus sans que cela les gène. Ils marient facilement les deux sans problèmes.

** Ce n'est pas toujours le cas. Il est tout à fait possible qu'une ligne mélodique comprenne 8 pieds alors que le texte n'en aura que 7. Les "e" muets compris dans le corps du vers soit au milieu soit à la fin peuvent servir. Ainsi cela peut se présenter sous différentes formes. Il suffit de regarder l'explication des 4 vers du refrain de "Je veux partir avec toi"

Et sans perdre une seconde
Je veux rester avec toi
Pour faire le tour de monde
Je veux partir avec toi.

Ces 4 vers ont tous 7 pieds ce qui est en harmonie avec le texte 7 partout mais sur la ligne musicale cela se présente sous la forme 8/7/8/7 parce que dans la musique j'ai fait parler le "e" de seconde et de monde. Par conséquent la musique donne une ligne directrice du texte, le texte devra, autant que possible, avoir des vers d'égale valeur sans pour autant que la musique ait la même disposition. Un auteur-compositeur n'aura aucun mal à faire ce genre de choses. C'est pour cette raison qu'il est important qu'un auteur connaisse bien le compositeur.

Ainsi on remarquera ainsi que les textes de chansons écrits avant la musique sous une forme classique (soit 8 et 12 pieds) amèneront deux problèmes aux compositeurs. Le premier est qu'il existe déjà une multitude de mélodies construites autour des vers de 8 et 12 pieds. L'idéal est d'écrire des vers de 6, 7 pieds pour sortir des habitudes classiques.

* Le ryhtme est la cadence que donne la prosodie.
* La métrique est le nombre de pieds dans un vers. 

* Les rimes, ce sont les syllabes finales placées à la fin des vers qui sont de sons identiques. Elles peuvent être féminines (mot terminant par un "e" muet, comme aime, bohème...) ou masculines (tous les autres mots, même du genre féminin comme santé, maison, fleur...).

Dans un texte, l'alternance de ces rimes peuvent présenter plusieurs schémas différents. Ici les schémas ne sont pas exhaustifs, un auteur peut très bien écrire un couplet de 12 ou 16 vers voire même davantage.

* Rimes embrassées (AB BA)
* Rimes plates (AA BB)
* Rimes croisées (AB AB) (les plus répandues)
* Rimes brisées (A BB C) ou (AAA B)
* Rimes inversées (ABCD DCBA)
* Rimes inversées (ABCDEF FEDCBA)
* Rimes particulières (ABBB ABBB)

Il existe bien d'autres façons de faire ses rimes au delà de ces critères. Par exemple de ne mettre aucune dans le couplet. Ce sera ABCDEFGH pour 8 vers. Ensuite pour la seconde strophe on rimera ABCDEFGH, et de même s'il y a une 3e strophe. On peut également les faire inversées s'il n'y a que 2 strophes HGFEDCBA. Il sera important de détacher la coda et de la rimer avec les phrases, les mots ou les thèmes les plus importants.

Les assonances sont les répétitions d'un même son de la voyelle accentuée à la fin de chaque vers (exemple, belle et rêve) Conseil : mieux vaut une assonance afin de garder la signification d'un propos ou d'une idée qu'une rime pour la rime qui n'apporte rien. Souvent, on se sert d'assonance quand les rimes sont peu nombreuses dans une catégorie de son.

Allitérations = Répétition des consonnes initiales ou intérieures dans une suite de mots rapprochés. Exemple avec des consonnes initiales ici le "s" :

"Le serpent savait saucer son sandwich sans le savoir !" (phrase surréaliste pratiquement impossible à chanter, à lire c'est possible mais cela ferait rire tout le monde).

Le néologisme : affectation de nouveauté dans la manière de s'exprimer. Emploi d'un mot nouveau (soit créé, soit obtenu par dérivation, composition, troncation, siglaison, emprunt... ou emploi d'un mot, d'une expression préexistants dans un sens nouveau (néologisme de sens). Par exemple à partir d'un nom, créer un verbe. Les néologismes comme les métaphores sont très appréciés, à utiliser avec modération.

2) Régles générales (pour les textes de chansons)

* Préférer toujours une métrique brisée que linéaire
* Trouver de bonnes rimes qui collent au "paysage" évoqué quitte à utiliser des assonances ou consonnes d'appui.
* Penser aussi à faire rimer des verbes conjugués, des noms propres, pas seulement des noms communs
* Eviter les adverbes et les participes présents si possible qui sont toujours "lourds" même s'ils apportent des rimes en "ent" ou "ant"
* Préférer les métaphores aux adjectifs
* Ne jamais penser qu'un texte long est un critère de qualité car bien souvent on se répète.
* Un texte de chanson peut être assimilé à un résumé de textes. Avec 3 couplets et 1 refrain on doit tout dire. S'il y a une morale ou une chute à votre histoire, il faut appuyer les mots ou les phrases à la fin du texte.
* L'humour, les thèmes sur l'amour, la finesse et la sensibilité seront toujours plus appréciés qu'un militantisme pur et dur.

* On peut militer, défendre des idées avec subtilité. On peut tout écrire, tout dire, même sur les thèmes les plus difficiles comme la mort, la maladie, la guerre. On tombe (sans se faire mal ;-)) dans la chanson dite "engagée". Un débutant ne devra pas essayer des portes trop hautes mais avancer doucement, prudemment et sûrement. "Qui va piano, va sano, va lontano".

* Le musicien fait ses gammes, l'auteur joue avec ses mots pour construire son texte.

* Jouer avec les mots, trouver des formules. Trouver des néologismes. La qualité passera par l'innovation
* Il faut se libérer et se lâcher, écrire le plus possible afin de se faire une habitude des mots.

* Si le texte est écrit sur une musique, attention à ses accents toniques, ses respirations, sa ponctuation, ses temps forts. Il faut savoir bien marier un texte et une musique. Ainsi on peut avoir 1 super texte et une superbe musique impossible à marier mais le compositeur aura le dernier mot. Il saura marier les deux en partageant les moments forts dans les deux. Un texte doit épouser une musique et inversement.

* Un auteur débutant pourra écrire avec un auteur habitué, cela est souvent bénéfique parfois difficile à trouver. Un auteur-compositeur se suffit à lui-même. Il fait comme il ressent suivant ses inspirations.

* Certains disent d'éviter les répétitions et d'utiliser des synonymes. Cela dépend du texte et de ce que l'on veut dire.

* D'autres pensent qu'il vaut mieux s'inscrire dans un atelier d'écriture mais l'écriture et la composition sont avant tout une oeuvre d'art, une oeuvre de l'esprit dont l'inspiration est le mot clé. Il n'y a pas de solution miracle pour écrire un texte, pas davantage pour écrire une musique.

* Cotoyer d'autres auteurs pourra aider à avancer et peut-être donner la chance de rencontrer un compositeur. Quant un compositeur s'intéresse à vos textes c'est qu'il trouve quelquechose capable de le motiver pour écrire une musique. Si le compositeur est lui-même auteur, c'est le cas rêvé, il vous donne une chance pour profiter de son savoir faire et vous guidera rapidement vers les astuces les plus réelles mais il vous laissera faire le premier pas et se contetera souvent de corriger simplement les imperfections.

* Un auteur, s'il n'est pas accompagné d'une équipe ou d'un compositeur, restera un auteur solitaire tandis que l'auteur-compositeur peut lui-même tout faire pour peu qu'il soit arrangeur ou orchestrateur. Un auteur, autre que poésie, devra trouver un compositeur capable de lui faire vivre ses textes. C'est une chose parfois difficile car il ne suffit de se rencontrer pour que cela puisse fonctionner. Se connaître, chercher à se connaître est essentiel mais pas encore suffisant surtout s'il s'agit d'un auteur-compositeur. Une chanson est un tout, une seule chose. Ecrite seule avec un auteur-compositeur elle est un ensemble sertie pour une seule pièce. Il faut donc que l'auteur et le compositeur puissent écrire avec la plus grande harmonie. C'est certainement une des choses la plus difficile à réaliser où les différences doivent devenir complémentaires. Il faut une parfaite symbiose entre un Auteur et un Compositeur. Si un auteur-compositeur, habitué à écrire seul ses chansons, accepte d'écrire avec un auteur cela sera encourageant pour l'auteur.

* Selon s'il s'agit de poésie ou de chanson l'auteur penser qu'il est là pour faire rêver son auditeur. La fin d'une chanson doit toujours être harmonieuse vers une recherche de l'émotion vers l'auditeur. A la fin d'une chanson, d'un texte lu ou écrit, il faut qu'il soit sous le charme, que cette création laisse une trace indélébile dans son esprit. Le refrain doit aussi comporter des moments forts, des passages forts, le compositeur mettra l'accent pour relever ce message.

* Un texte peut comporter un message formé par un "acrostiche". Je suis habitué à le faire, c'est très facile. Par exemple pour dire "Je t'aime" dans un texte il suffit de le mettre en acrostiche. Acrostiche veut dire : Pièce vers composée de telle sorte qu'en lisant dans le sens vertical la première de chaque vers, le thème ou le message, le nom de l'auteur ou du dédicataire.

Voici un exemple facile où j'ai pris le mot "Je t'aime" mot le plus couramment utilisé dans les chansons, mais ce mot peut être un message, un nom, un nom d'auteur, une signature d'auteur. Le mot "Je t'aime" n'est pas le meilleur exemple car il comporte 7 lettres. Il faut trouver le compositeur capable d'écrire des mélodies, des orchestrations bien faites sur des parties de textes comportant 7 lignes. L'idéal est toujours de choisir soit 6 soit 8, 10 ou 12. A noter que rien n'est exclu et que l'on peut faire selon ce que l'on a envie de dire. Il faut également savoir si ce texte sera une poésie ou une chanson. Pour mettre un mot sur la page de la bretagne j'ai fait la même chose.

Je te connais si bien
En regardant tes yeux
Tant il est vrai parfois
Au seul être et par moi
Il faut trouver en toi
Malgré tes longs cheveux
Espoir et bons matins.

Je n'ose pas te dire
En toute vérité
Tous les mots de mon coeur
Autant tu me fascines
Il me faut les écrire
Mais la réalité
Est plus forte en bonheur.

Je t'envoie ce bouquet
En te disant merci
Tu sais que je ferai
Autant que je pourrai
Illuminer et changer
Mille points de ta vie
Et le faire secret.

Le mot "je t'aime" comprenant 7 lettres il existe 2 façons pour écrire cet acrostiche. On peut choisir de ne pas rimer la strophe en la rimant globalement avec d'autres strophes à 7 pieds ou alors de faire des rimes suivant ce que l'on ressent.

Le premier texte peut être un message complètement codé envoyé de façon anodine. Le destinataire pourrait ne pas s'apercevoir de l'acrostiche. Le texte est rimé ABCCCBA de bas en haut avec les 3 rimes du milieu identiques. Le second texte peut être celui de quelqu'un qui éprouve des sentiments et qui ne peut pas l'exprimer. Il choisit d'écrire comme ci-dessous (ou de façon identique), mais le destinataire a connaissance des sentiments à son égard. Pour cette strophe les rimes sont croisées mais il reste une rime solitaire. Les autres strophes devront avoir le 4e vers avec cette rime. Le troisème texte, aux rimes inversées comme le premier, peut être celui d'un texte de la St Valentin,  d'un anniversaire, d'une fête, d'une occasion mais il est pas forcé exprimer la notion noble du mot "je t'aime". Cela peut l'être, tout dépend des circonstances. Cela peut être l'occasion de déclarer sa flamme. Un auteur est là pour faire rêver, les personnes peuvent prendre des textes d'auteurs pour exprimer leurs sentiments mais pris dans un texte d'auteurs il faudra en faire référence à l'auteur.

Cela suppose déjà une connaissance intéressante et facile de l'utilisation des mots. Si c'est un poème destiné à quelqu'un il peut ne jamais s'apercevoir qu'il contient un message tellement cela passe inaperçu. Parfois ce genre d'utilisation oblige à syncoper des phrases, plus difficiles à la lecture dont l'auteur connaît toujours le fond de sa pensée.

On ne fabrique pas un auteur par des théories. On naît auteur ou on est auteur, qu'importe et on le restera. Etre auteur n'est pas une vocation mais un don de la nature. On le découvre parfois au fil du temps. L'inspiration restera toujours le "mot clé" d'une belle réalisation. Un auteur, comme un compositeur, peut avoir des moments plus fastes que d'autres. Quoiqu'il en soit, même s'il connaît des périodes "sans", il reviendra, avec le temps, à ses créations.

Il n'est cependant pas rare de rencontrer des auteurs ou compositeurs capables d'écrire des quantités de textes ou de musique sans la moindre fatigue. Ce sont des auteurs dont le mérite est de transmettre leurs inspirations par l'écriture. De même on peut trouver des compositeurs capables de vous écrire une chanson au coin d'une table avec un stylo et un papier puis de la transcrire sur une partition musicale.

Il est aussi possible rencontrer des auteurs capables de dire que tel texte correspond à telle mélodie. Certains même écrivent à partir de leur propre mélodie mais ne peuvent pas le traduire en musique faute de connaissances.

Afin de permettre une lecture plus facile, des mots techniques seront mis sur un lexique commun aux auteurs et compositeurs. Des mots comme prosodie, hiatus, acrostiche ne sont utilisés dans le langage courant. Nous les retrouverons dans le lexique avec renvoi pour certains mots. D'autres mots ont aussi une autre signification dès lors qu'il s'agit de versification ou de musique.

Nous étudierons quelques uns de mes textes afin de mieux comprendre certaines particularités notant que vu le nombre de textes écrits, certains sont classiques car il n'existe pas mille façons ou mille manières d'écrire des textes. Nous prendrons des exemples classiques puis des exemples spécifiques. Nous nous limiterons à quelques textes, sinon s'il fallait prendre beaucoup d'exemples sur mon répertoire, il n'y aurait plus de limites.

Crédits | Mentions légales | Contact | Plan du site
www.armandcarval.fr - © 1965 -