Plonéour-Lanvern Carrefour du Pays Bigouden

Mettre en mémoire la mémoire de sa ville est lui permettre de n'être jamais oubliée. Armand CARVAL

Mettre en mémoire la mémoire de sa ville est lui permettre de n'être jamais oubliée. Armand CARVAL

1 - Chapelle de Lanvern en 1957

2 - Chapelle de Lanvern en 2011

En photo 1, la Chapelle de Lanvern avant les années 1960. Puisque proche de chez moi c'était un lieu que nous fréquentions notamment pour les cérémonies des mois de Marie en mai. Nos jeux se faisaient aussi autour de cette chapelle.

J'ai mis une photo sur la chapelle restaurée suite au don de mon ami d'enfance "Milou". Il faut saluer son geste.

Il existe une association qui explique l'histoire de Lanvern. Il suffit de suivre le lien de cliquer sur le lien ci-dessous. Etant un lien extérieur certains pages peuvent être indisponibles.

http://lanvern.pagesperso-orange.fr/

 

Liste des maires de Lanvern cliquez ICI

1. LANVERN :

Lanvern est d'abord une paroisse qui se révèle en parties éclatées non contiguës avec la trève de Saint-Honoré. Après la révolution Lanvern devient une commune amputée de la trève de Saint-Honoré : quelques maisons autour de Lanvern, des fermes allant de Lanvern à Tréouron, Kéristic, Kéravel, Kersonis et la plus grande partie partant de Kerguien longeant Leurélis, Kerviligou, se prolongeant vers Bodérez puis allant jusqu'au Moulin de Bondivy, Manoir de La Tour, Lestréguéoc, Kéricun, Kervélen, Kersquédel, Moulin de la Tour, Kériel, Kerloyat, Kerscoudou, Kerlantonnet, Kerléac'h, Kersaux. Tréordo qui touche Leurélis fait partie de la commune de Plonéour tandis que Leurélis fait partie de la commune de Lanvern. Aucun ruisseau ne sépare les terrains de Leurélis de Tréordo. Cette partie est enclavée touchant Tréogat, Peumerit et Plonéour mais pas le bourg de Lanvern. Il y a l'autre côté qui touche à Lanvern où les parcelles forment une autre partie entière : Lanvern, Kéravel, Kersonis, Pénarue, Kéribic, Kerscao, Penalen, Kernalec, Kéristic, Tréouron, Lesguern, Ty Douar, Kergambaë, Guernévez, Créach Calvic, Ty Crohen, Kerhaen. La commune de Lanvern est étendue en surface malgré le peu d'habitants. L'origine de la paroisse de Lanvern remonte au XIVème siècle à partir de la paroisse de Plonéour. Lanvern fait partie de l'Abbaye de Landévennec. En 1913, la toiture est en mauvais état et menace de s'effondrer. Grâce à Jean Cossec (grand-père de "Milou") et de Louis Mavic une restauration de la toiture se fait. Le toit tiendra jusqu'en 1960, s'écroulant sur le sol de la chapelle. Par la suite, les ronces, les orties, le lierre, prendront peu à peu place dans l'enceinte jusqu'au moment où, grâce à des bénévoles, la chapelle sera nettoyée. Puis grâce au legs de "Milou", la chapelle retrouve un nouveau toit.

2. La commune de LANVERN :

La paroisse de Lanvern devenant commune part avec les mêmes particularités que toute autre commune de France à cette époque. La commune de Lanvern n'est pas identique à la paroisse d'avant 1789 puisque la trève de Saint-Honoré devient commune. Elle a un maire et des conseillers municipaux. Lanvern n'est qu'un tout petit bourg avec quelques maisons. En l'an 6 de la république française la commune de Lanvern est administrée par la commune de Plonéour mais reste distincte de celle de Plonéour. Jean PÉRON signe les registres en tant qu'agent tandis qu'en l'an 9 il les signe avec la mention maire. La mairie se trouve au domicile de Jean PÉRON, à Ty Crohen. Pierre MERMET est maire de Lanvern en 1809. En 1812 Jean RONARCH maire de Plonéour est aussi maire de Lanvern. En 1815 Louis Pierre MERMET est maire de Lanvern lui-même secrétaire de la mairie de Plonéour en 1806. En 1816 Jean Alain CARVAL maire de Plonéour est aussi maire de Lanvern et le restera jusqu'au rattachement de Lanvern à Plonéour. Il devient le 1er maire de Plonéour-Lanvern.

3. Le rattachement de la commune de LANVERN à PLONÉOUR :

Par décret du 31 janvier 1827 la commune de Lanvern est rattachée à la commune de Plonéour pour donner Plonéour-Lanvern. Administré par Plonéour, Jean Alain CARVAL maire de Plonéour indique, sur les documents administratifs de la commune de Lanvern de 1816 à 1827, être le maire de Lanvern. C'était déjà un rattachement de fait. De par ce rattachement il est le dernier maire de Plonéour, le dernier maire de Lanvern et le premier maire de Plonéour-Lanvern.

4. La chapelle de LANVERN nettoyée :

Durant des années les membres de l'association de Lanvern ont nettoyé minitieusement la chapelle où, depuis le début des années 1960, les orties, le lierre ont recouvert les murs. Progressivement la chapelle retrouve un nouvel aspect. 1979 est l'année où le pardon reprend, toujours au second dimanche de juillet.

  Chapelle de Lanvern en 2004

  Chapelle de Lanvern en 2004

5. Le pardon de LANVERN et la bénédiction des vitraux le 8 juillet 2017 : 

Lors du pardon annuel du 8 juillet 2017, où la chapelle est remplie de fidèles, la bénédiction des vitraux a eu lieu. Le sénateur-maire, Michel CANÉVET rappelle brivèvement l'historique de la restauration de la chapelle indiquant que d'autres vitraux seront mis aux autres fenêtres à l'avenir. Les vitraux apportent une lumière splendide à la chapelle. Il suffit de s'y rendre pour le voir. Ces vitraux ont été réalisés par des artisans verriers locaux qu'il faut remercier pour la qualité et la précision de leurs oeuvres.

 3 - Chapelle de Lanvern en 2017

 4 - Pardon de Lanvern en 2017

 5 - Les vitraux en 2017

 6 - Bénédiction des vitraux le 8 juillet 2017

7 - Les vitraux du centre

8 - Les vtraux de gauche et de droite

Fontaine de Lanvern

A Lanvern la fontaine de Saint-Philibert, comme bien d'autres, semble aussi avoir des vertus. Jadis lors des pardons des dames, peu aisées, vendaient de l'eau provenant de cette fontaine présente sur la partie sud de la chapelle. Venir faire des voeux près de cette fontaine se faisait depuis des lieues aux alentours. Faire autant de chemin prouvait que la foi pouvait sauver. Parfois elle servait de diagnostic concernant les enfants car à l'époque il y avait une grande mortalité infantile. Les personnes venaient avec une chemise qui était mise à plat sur l'eau de la fontaine. Le but était de savoir si l'enfant malade ou nouveau-né suivrivrait. Si c'est le bas de la chemise qui descendait le premier c'était bon signe, l'enfant vivrait. Par contre si c'est le haut de la chemise et les manches qui descendaient en premier, il y avait tout à craindre que l'enfant ne survivrait pas. Néanmoins pour conjurer le mauvais augure, il fallait laisser la chemise descendre au fond de la fontaine puis, une fois à la maison, envelopper l'enfant de cette chemise humide de l'eau de la fontaine. Comme dans toutes les églises et paroisses des alentours le cimetière se trouve autour de la chapelle.

 Aujourd'hui encore, des personnes se souviennent d'être venues aux offices. Je n'ai pas souvenance de messe proprement dite mise à part la célébration du "Mois de Marie". La photo du haut prise en 1957 montre encore une partie de la toiture. Petit à petit, elle tombera au centre de la chapelle, mettant fin aux offices et aux pardons. Toutefois je me souviens des pardons à l'extérieur où des dames vendaient de l'eau puisée dans la fontaine de Saint-Philibert, censée guérir des maux. Lanvern se trouvait sur notre chemin pour aller chez mon copain "Milou" à Créac'h Calvic. Très souvent, nous descendions vers la chapelle avec lui. Il était navré de voir dans quel état était la chapelle. Il me disait : "Si un jour je peux, je mettrai un toit dessus". J'ignorais, à l'époque, que son grand-père paternel avait, en 1913, mis un toit sur cette chapelle. Son idée de reprendre le relais moins de 50 ans plus tard effleurait déjà son esprit. Alors, avant de partir, il couche sur papier cette volonté qu'il avait déjà en étant enfant. Désormais, il peut être fier de cette réalisation faite selon sa générosité à pérenniser et à sauvegarder un patrimoine. Mais "Milou" est un descendant direct du dernier maire de Lanvern Jean Alain CARVAL, descendant direct également de Jean Marie CARVAL qui fut le premier adjoint de son autre aieul maire : Pierre Jean DANIEL. Naturellement j'en parle dans mon ouvrage "Ma vie dans ma jeunesse". Il en faisait partie car les voisins n'étaient autres que ses grands-parents maternels. Nos familles avaient des habitudes déjà depuis des décennies. Nous ne faisions que suivre les chemins tracés.
Photos (c) AC 2004-2017

Crédits | Mentions légales | Contact | Plan du site
Copyright Armand CARVAL - All Rights Reserved © 1965 - Visitor Map